“Rappeler que ce sont des êtres humains”

L’hommage aux morts de la rue de Bruxelles a eu lieu le 22 Mai 2019 à l’hôtel de ville de Bruxelles. Asia, volontaire permanente, était présente pour représenter ATD Quart Monde Belgique et le Collectif bruxellois des Morts de la Rue.

Qui es-tu ?

Je suis Asia, volontaire permanente polonaise, nouvellement arrivée en Belgique après la France.  L’une de mes missions en découverte du pays était la participation à l’organisation de la cérémonie avec Kris.

Comment s’est déroulé l’hommage ?

Nous avions rendez-vous à onze heures à l’hôtel de ville, dans la salle gothique.  La cérémonie a débuté avec plusieurs invités officiels (politiciens, religieux). Puis, il y a eu des témoignages de proches des personnes décédées avec de la musique jouée en direct.  La liste des disparu·e·s a été lue à voix haute, et, à chaque nom, une fleur correspondante a été déposée dans une boite en bois pour être transportée pour la deuxième partie de la journée. Les poètes présents ont lu leurs créations autour de la vie des disparu·e·s. Des représentant·e·s de diverses religions sont venu·e·s dire des prières et rendre hommage. Ensuite, un apéritif a eu lieu pendant lequel les gens ont pu échanger autour de la cérémonie.

Et la deuxième partie de la journée ?

À partir de quatorze heures il y a eu la seconde cérémonie autour de l’arbre planté par le collectif à côté de la gare centrale.  Ce moment était plus informel et spontané, avec des témoignages et de la musique. Des fleurs en plâtre, gravées au nom des disparu·e·s ont été mises  à disposition pour être accrochées dans les arbres.

Qu’est-ce que tu as pensé de l’évènement ?

La cérémonie était dans une belle salle, j’ai trouvé que c’était un beau symbole. Ces personnes sont décédées dans la rue mais elles ne sont pas oubliées et elles ont droit à un enterrement et un hommage digne que leurs proches peuvent leur rendre publiquement.  Ce moment était émouvant, il y  avait des gens de plusieurs confessions religieuses et nous étions tous réunis ici en paix. En tant que Polonaise, j’étais également émue car les Polonais sont – en chiffres – la deuxième nationalité à décéder dans les rues de Bruxelles après les Belges. Ces personnes sont souvent venues en Belgique dans l’espoir d’une vie meilleure et malheureusement elle s’arrête ici. Il est essentiel de rappeler que ce sont des êtres humains, comme nous tous.

Pour un résumé en vidéo c’est par ici.