Couleur d’une action interne : le comité donateur

Ce comité, à l’origine, il s’est constitué à la suite d’une question que le Mouvement s’est posée il y a plusieurs années : « comment récolter des fonds pour soutenir nos actions tout en respectant notre nos valeurs ? »

C’est ainsi qu’un groupe de réflexion interne a vu le jour. Au départ, celui-ci réunissait des volontaires permanent.e.s et des allié.e.s du Mouvement qui avaient une expertise sur les questions financières (notaire, comptable, etc.) Dans le but, entre autres, de réfléchir aux questions de recherche de fonds.

Ce groupe a en cours de route changé de nom et de membres pour devenir le comité donateurs actuel. Il est composé de profils spécialisés mais aussi de personnes de terrain. Ça nous permet de ne jamais perdre le contact avec ce dernier. Le fait d’avoir aussi des experts financiers dans le groupe nous permet de rester attentifs aux dernières avancées du secteur et de bénéficier d’un carnet d’adresses utiles lorsque nous avons besoin d’un avis professionnel sur un sujet précis. L’idée derrière la composition de ce groupe est aussi de refléter les différents aspects importants du Mouvement pour prendre des décisions aussi éclairées que possible sur le sujet.

Concrètement, comment nous organisons-nous ? Notre équipe de six se réunit tous les mois. C’est l’occasion d’aborder les différents projets en cours et de distribuer des « missions ». Nous faisons aussi toujours en sorte de passer nos décisions sous le « spectre » de notre charte éthique, pour être sûrs que nous la respectons.

Voici d’ailleurs un extrait de cette dernière, pour bien comprendre notre philosophie :

« Afin de respecter la dignité des personnes et d’éviter toute instrumentalisation de celles-ci, il [le Mouvement] ne vend, n’achète, ne loue ni n’échange aucun fichier d’adresses de ses membres, amis ou donateurs. Il s’interdit de réaliser des appels à la générosité du public dont le message serait contradictoire avec ses valeurs et son action, et risquerait de porter atteinte à la dignité des plus démunis et des plus exclus. Il s’interdit par exemple tout argument ou toute illustration misérabilistes. Il conçoit et réalise des campagnes de communication ou d’appel aux dons avec le souci constant que leur coût reste modéré. »

Nous sommes aussi membre de l’Association pour une Éthique dans les Récoltes de Fonds (AERF), un organisme indépendant qui régule les questions éthiques de récoltes de fonds en Belgique.

Pour revenir aux rôles au sein du comité donateur, chacun des membres y effectue un type de travail différent. De mon côté, je me charge, par exemple, de tout ce qui est création des outils de communication liés à la récolte de fonds, comme les courriers que nous envoyons à nos donateurs potentiels. Certains, comme Dominique, ont une excellente connaissance du secteur de la recherche de fonds. C’est souvent lui qui se charge de récolter des informations auprès des autres acteurs ou de faire une étude de marché.

Après la réunion, nous restons en contact à distance pour garder un œil sur nos avancées et nous adapter si nécessaire. Ce rythme soutenu est nécessaire pour avoir une stratégie efficace.

Avoir une réflexion dynamique et proche de nos valeurs a un impact que je trouve très positif sur notre recherche de fonds.