15ème Université populaire Quart Monde européenne – pour une Europe qui ne laisse personne de côté

up europe

Le 5 et 6 février dernier, une centaine de personnes de Belgique, France, Allemagne, Luxembourg, Royaume-Uni, Irlande, Roumanie et des Pays-Bas se sont rassemblées au sein du Parlement européen pour prendre part à L’Université populaire Quart Monde européenne. Leur but ? Partager leur expérience de la pauvreté mais aussi faire entendre leur voix aux députés européens et interpeller les institutions.

L’Université populaire Quart Monde européenne, qu’est ce que c’est ?

Les Universités populaires Quart Monde (UP) sont des lieux de dialogue et de formation réciproque entre des adultes vivant en grande pauvreté et d’autres citoyens qui s’engagent à leurs côtés. Elles permettent aux personnes avec l’expérience de la pauvreté de bâtir leur pensée, de la faire valoir pour contribuer à un changement de la société. Des UP sont régulièrement organisées dans chaque pays.

L’Université populaire Quart Monde européenne est la traduction de cet événement au niveau européen. Sa raison d’être est la suivante : les citoyen-ne-s vivant dans la pauvreté et l’exclusion attendent qu’une Europe plus sociale voie le jour, une Europe qui ne laisse personne de côté. Pour cela, il est indispensable de prendre en compte le savoir des personnes qui vivent dans la pauvreté en créant des espaces où elles entrent en dialogue avec les acteurs politiques européens.

Déroulement de l’événement

Le 5 février, les délégations nationales ont travaillé sur trois thèmes retenus comme importants lors des préparations dans chaque pays :

  • Le droit à l’existence légale
  • L’impact des politiques (nationales et européennes) sur la famille pour les personnes vivant dans la pauvreté
  • Les indicateurs de pauvreté et d’exclusion sociale en Europe

Des questions qui touchent des aspects fondamentaux pour exister en tant que citoyen à part entière.
Le matin du 6 février, le travail en groupe s’est poursuivi, en présence des représentants de réseaux associatifs européens, pour affiner des propositions à partir des situations difficiles rencontrées.

L’après-midi était dédiée à la séance plénière à laquelle des parlementaires1 étaient présents par moments, afin d’écouter ce qui était sorti du travail en atelier avec des personnes qui vivent tous les jours la pauvreté. Malgré la présence de ces parlementaires, à saluer, plusieurs participants ont regretté une « assemblée garnie de sièges vides ».
Cependant, être présents et pouvoir s’exprimer au
Parlement européen a représenté une fierté et une tribune essentielle pour les délégués des différents pays.

1Eurodéputés présents, soit lors d’ateliers du matin, soit en plénière : Mady Delvaux, Silvia Costa, Jean Lambert, Tilly Metz, Christophe Hansen, Julie Ward, Charles Goerens, Tom Vandenkendelaere, Lynn Boylan, Jean Arthuis, Philippe Lamberts, Marie-Pierre Vieu