Couleur d’un engagement : Emma – stagiaire

Dans le cadre de ses études, Emma a voulu réaliser un stage dans le secteur de la lutte contre la précarité. Elle nous parle de son expérience. A la recherche d’un stage engagé ? N’hésitez pas à nous envoyer votre candidature sur contact@atd-quartmonde.be

Je m’appelle Emma, j’ai 22 ans et je suis arrivée à ATD Quart Monde en septembre. Cette année, je termine des études d’Anthropologie à Louvain-la-Neuve. C’est via mes études que j’ai rejoint le mouvement pour quelques mois en tant que stagiaire. Grâce à ATD Quart Monde, je vis de riches expériences qui me serviront notamment pour l’écriture de mon mémoire. Ce dernier questionnera les violences commises par les différentes forces de l’ordre sur les personnes en situation de précarité.

Je donne donc un coup de main dans les diverses activités du mouvement auxquelles j’ai pris part. J’ai d’abord participé à la bibliothèque de rue de Molenbeek pour ensuite participer à celle de St Gilles où j’ai découvert des enfants souvent drôles et touchants ainsi que des animateurs·ices toujours motivé·e·s et débordant·e·s d’idées. Chaque mercredi après-midi, je me sens alors enthousiaste à l’idée d’être à leurs côtés.

Chaque semaine, j’ai rendez-vous avec Asia pour faire une maraude. Grâce à elle, ces moments de rencontre souvent bouleversants sont riches en apprentissage et en communication. Même si celles-ci sont parfois rudes, les rencontres avec les habitants·e·s de la rue m’apprennent la réalité du terrain, trop souvent ignorée.

Aux côtés de Marc, j’ai également la chance de rencontrer quelques familles liées au mouvement ATD à Charleroi avec qui les discussions ont été chargées en émotions et en partage.

Enfin, la crise sanitaire, qui impose une certaine distance, a pu impacter mon rapport aux gens. Dans ce contexte, le masque a pu parfois compliquer les discussions avec les personnes qui m’entouraient quand mon but était plutôt de me rapprocher d’elles. Paradoxalement, c’est aussi un moment où le sentiment d’être tou.te.s ensemble dans la même galère, semble nous unir.

Depuis septembre, je suis émue par la manière dont ces personnes rencontrées se battent chaque jour contre la pauvreté qui les touche, c’est pour moi une leçon de vie. L’expérience à ATD Quart Monde m’a rappelé qu’il ne faut jamais cesser de se battre contre ces injustices mais surtout que ce monde est truffé de personnes plus fortes les unes que les autres (militant·e·s, volontaires comme allié·e·s…).