Appel de Noël 2017

« Au fond, on ne te demande pas l’enfant de qui tu es, si tu es d’une Eglise, d’une communauté ou non, on ne te demande pas quel est ton Dieu. On te dit : « Il y a un peuple qui hurle, et ce peuple, rejoins-le. » »

« Maman était à la première Journée du refus de la misère en 1987 à Paris. Elle a voulu y être parce qu’elle trouvait que la présence de tous était importante. »

La grande pauvreté divise et isole. Ceux qui la vivent se retrouvent seul, loin de leurs parents, leurs enfants, leurs familles, leurs amis. Un isolement violent, qui rend les moments comme Noël douloureux et délicats.

Pour lutter contre cet isolement, les personnes vivant dans la pauvreté cherchent des lieux où elles peuvent se réunir, se reconnaître, partager leurs expériences. Et elles transforment ces lieux de rencontre en lieux de résistance. Résister donne de la force.

Ce 17 octobre, lors de la célébration de la 30e Journée mondiale du refus de la misère, les membres d’ATD Quart Monde ont témoigné de leur combat. Deux d’entre eux, Carine et Anne-Marie, nous ont parlé de l’importance de faire partie d’un mouvement qui cherche à rejoindre tous ceux qui luttent contre la pauvreté.

Carine a expliqué comment trois générations de sa famille ont trouvé un lieu de résistance contre la grand pauvreté :

« Ce mouvement nous a permis de connaître d’autres personnes qui vivaient la même chose que nous. Malgré la résistance de ma mère face aux difficultés, on a été placés et ça a été pour moi une grande souffrance. Je l’ai vu sur une vidéo très ancienne où elle parlait de cette question du placement. Après, ça a été mon propre combat de chercher à comprendre et de maintenir ma propre famille unie.

Mon fils qui a participé au mouvement depuis tout petit avec moi dit maintenant : « En grandissant, j’ai compris le combat de mes parents et j’ai eu envie de les rejoindre. J’aimerais pouvoir combattre toute forme d’injustice. C’est peut être une utopie, mais j’aimerais que chaque personne ait accès aux mêmes chances et opportunités. On se bat pour que ceux qui n’ont pas forcément la parole soient entendus et je trouve cela très noble. Quelle que soit votre implication, sachez que je vous admire, parce que vous contribuez à donner de la fierté aux gens. Et moi je suis fier d’être impliqué dans ce combat et d’être des vôtres. » »

Pour Anne Marie, se retrouver avec d’autres lui a permis de se battre contre les discriminations quotidiennes.

« Je me suis toujours battue contre les préjugés. J’en ai souffert depuis toute petite. En rue, on entend parler des « pauvres cons, clochards, crétins, ceux du CPAS » ou « Ça alors, sa fille a des souliers chics », mais on ne connaît rien de la situation de la personne.

Ce qui a beaucoup changé pour moi, c’est de me retrouver avec d’autres. On réalise alors que les autres sont dans la même situation, que la misère n’est pas de votre faute. On apprend. En devenant membre d’une association, on apprend à relever la tête. Maintenant, j’ose parler dans un micro, dans une salle où il y a du monde. Ma vie reste toujours difficile mais je suis heureuse de pouvoir aider ceux qui ont des problèmes. Souvent on pense « ils se laissent aller ». Mais nous devons aussi nous lever le matin. Nous sommes quand même debout, c’est aussi pour nos enfants et petits-enfants. Mais on ne voit pas notre résistance. »

Les personnes vivant dans la pauvreté ont besoin d’espaces où elles peuvent se mettre ensemble, casser leur isolement et partager ce qu’elles ont vécu.

Notre mouvement donne la possibilité à toutes les personnes qui le souhaitent, quelle que soit leur croyance religieuse ou philosophique, de se rencontrer en liberté, de comprendre d’où elles viennent et de construire une parole collective. Ensemble, elles découvrent de nouvelles manières de résister contre la misère.

Cet engagement de créer des lieux ouverts à tous, et en particulier pour ceux qui vivent dans la pauvreté, a besoin d’être soutenu. Merci de nous offrir votre soutien et vos dons.

Belle fin d’année.

Brendan Coyne
Équipe nationale, ATD Quart Monde en Belgique

Soutenez-nous encore une fois cette année!