Numéro 110 (septembre – novembre 2019)

Abonnez-vous à « Partenaire » et restez au courant des activités d’ATD Quart Monde en Belgique !

  • Édito : «Un long chemin reste à parcourir»
  • La couleur d’un engagement : Micky Vanderbeken et Malorie Madoe, deux militants membres du groupe jeune, nous parlent de leur engagement et démontrent que la jeunesse est un art qui consiste à faire valoir sa différence sans pour autant renoncer à découvrir celle des autres.
  • Démasquons nos privilèges :  Le Festival Esperanzah!, qui se tient chaque été depuis 2002 à Floreffe, accueillait pour la troisième édition consécutive des représentants d’ATD Quart Monde, invités à occuper un espace au sein du « Village des Possibles ». Dans ce lieu, une dizaine d’associations sont présentes à chaque édition et tentent, chacune selon leur spécificité, de sensibiliser les festivaliers autour d’un thème commun. Cette année, nous abordions le sujet « Démasquons nos privilèges », qui invite chacun à s’interroger sur sa place et les inégalités sociales dans notre société.
  • 30 ans de convention internationale des droits de l’Enfant. Le 20 novembre prochain, la CIDE (Convention Internationale des Droits de l’Enfant) fêtera ses 30 ans. Ce traité, reconnu comme le plus ratifié au monde, constitue une promesse forte faite à chaque enfant : protéger ses droits politiques, civils, économiques, sociaux et culturels. Pour mieux comprendre ce sujet et le rôle qu’ATD Quart Monde y joue, nous avons posé deux questions à Dominique Visée, alliée de longue date du Mouvement et représentante de celui-ci auprès de la CODE.
  • Fierté et vigilance : nous revenons sur le prix fédéral de lutte contre la pauvreté pour lequel nous sommes lauréat cette année. C’est l’occasion d’exprimer notre reconnaissance mais aussi la nécessité de rester vigilant et de poursuivre notre lutte.
  • World news : ATD Quart Monde à travers le monde.  ATD Quart Monde n’est pas un Mouvement national, ni même européen, mais tâche d’éradiquer la misère partout sur la planète. Voici quelques nouvelles de militants, alliés, volontaires et amis du Mouvement à travers le monde.
  • La journée mondiale du refus de la misère : une journée pour repenser l’avenir. Alors que la Convention Internationale des Droits de l’Enfant fête son 30e anniversaire cette année, le thème mondial de la Journée mondiale du refus de la misère sera « agir ensemble pour donner aux enfants, à leurs familles et à la société les moyens de mettre fin à la pauvreté ». Ce 17 octobre, les membres d’ATD Quart Monde en Belgique se réuniront autour des différentes questions liées à cette volonté de bâtir un avenir digne pour chaque personne, en se basant sur le savoir-faire de tout le monde.

Édito :«Un long chemin reste à parcourir»
La lutte contre la misère serait-elle un combat austère qui ne laisse place à rien d’autre, où le rire et la bonne humeur seraient bannis ? Des jeunes de tous milieux qui ont participé au festival Esperanzah!, le premier week-end du mois d’août à Floreffe, témoignent que leur engagement passe aussi par des moments de fête, de musique, de convivialité. Tenir un stand, présenter le Mouvement ATD Quart Monde aux nombreux passants, voilà autant d’occasions d’inviter les festivaliers à rejoindre le combat pour une société plus juste.

Le 30 novembre, il y aura trente ans que les Nations Unies adoptaient à l’unanimité la Convention des Droits de l’Enfant. Ceux-ci sont en eff et particulièrement vulnérables et ne peuvent pas faire entendre leur voix. Cette convention a ffi rme entre autres le droit des enfants d’être élevés par leurs parents. Il en découle l’obligation pour les gouvernements de prévoir un budget supplémentaire pour les enfants des familles pauvres. Même dans un pays riche comme la Belgique, la mise en œuvre de ce droit reste un défi loin d’être gagné. Notre pays a un des taux de pauvreté infantile les plus hauts d’Europe et la corrélation entre pauvreté et placement d’enfant est une réalité reconnue de tous.

Un long chemin reste à parcourir.

L’acharnement des familles pauvres qui se rassemblent dans le Mouvement ATD Quart Monde a été reconnu par l’attribution du prix fédéral de lutte contre la pauvreté pour la région bruxelloise. Ce fut l’occasion pour les délégués de rappeler que l’éradication de la misère n’est pas d’abord une aff aire de soupe populaire ou de colis alimentaires qui engendrent la honte de ceux qui sont contraints d’y recourir. Cette lutte ne peut se concevoir qu’avec la participation des pauvres. Manque d’ambition des plans qui visent à diminuer la grande pauvreté de moitié ou de plus. L’objectif doit être de ne laisser personne de côté. À défaut, les mesures qui seraient prises ne constituent qu’un palliatif à plus ou moins court terme. Elles enfoncent encore plus ceux qui ont été arbitrairement rangés du mauvais côté sous le prétexte qu’ils ne répondent pas aux conditions imposées.

Ici également, un long chemin reste à parcourir.

Avec d’autres associations, des pistes seront lancées et des demandes de changements structurels formulées, à l’occasion de la célébration du 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère.

Georges de Kerchove

Partenaire Quart Monde 110