L’avenir des jeunes : quels obstacles, quelles pistes ?

Lettre de l’Université populaire Quart Monde de février 2020

Extrait de la lettre de l’Université populaire Quart Monde destinée aux participants de l’Université populaire pour préparer la rencontre au sein des groupes locaux.

L’Université populaire Quart Monde est un lieu de construction de pensée et de parole, à la fois individuelles et collectives. Les personnes vivant dans la grande pauvreté y prennent la parole sur des thèmes de société. Cet endroit rassemble des personnes de tous milieux et permet de croiser les expériences de chacun pour changer notre regard sur les personnes en situation de pauvreté.

Si vous voulez en savoir plus sur l’Université populaire ou si vous souhaitez rejoindre un groupe de préparation, vous pouvez contacter l’équipe d’animation par téléphone 02/650.08.73 ou par mail, ou visiter cette page.

Bilan sur le thème :

En Janvier, nous avons travaillé sur les envies des jeunes pour leur avenir. Pour la plupart d’entre vous, que vous soyez jeunes ou pas, il est question de trouver un emploi, d’être indépendant, de fonder une famille, d’être en bonne santé. Et vous êtes plusieurs à parler de l’importance de la liberté, de pouvoir faire des choix, de pouvoir bouger pour rencontrer des gens. Et puis, les jeunes ont aussi besoin de s’amuser, de profiter de la vie !

Mais dans vos préparations, il y a aussi des jugements des adultes sur les jeunes d’aujourd’hui. On a parfois l’impression que « les jeunes s’en foutent », qu’ils ne « font rien », qu’ils n’ont pas de limite, etc. Et en même temps, vous trouvez que les jeunes n’ont pas la vie simple… c’est très difficile de réaliser toutes ses envies et de construire son avenir dans le monde d’aujourd’hui. C’est ce qu’on voudrait creuser ce mois-ci.

Nouveau thème en février :

Dans les comptes rendus du mois dernier, vous constatez qu’il y a beaucoup d’obstacles pour que les jeunes réalisent leurs projets : Il y a des jeunes livrés à eux-mêmes, qui se retrouvent sans soutien, éloignés de leur famille. Il y a des jeunes qui ne parviennent pas à avoir des amis à cause de l’exclusion sociale qu’ils vivent. Dans les villes et dans les villages des jeunes se sentent enfermés chez eux ou dans leur quartier. Beaucoup n’ont pas la possibilité de faire une formation, de suivre des études à cause de leurs conditions de vie. On veut comprendre ces situations à partir de vos expériences ou celles de jeunes que vous connaissez.

Vous pointez aussi l’incapacité des politiciens pour soutenir les jeunes et leur permettre un meilleur avenir. Lors de l’Université Populaire de Février, nous aurons comme invitée Valérie Glatigny, la nouvelle Ministre de l’Aide à la Jeunesse, de l’enseignement supérieur et de promotion sociale (parmi d’autres compétences) de la Fédération Wallonie-Bruxelles. C’est justement une opportunité pour lui partager nos expériences et nos analyses !

Et vous, vous en pensez quoi ?

La lettre est disponible au format pdf.