Décès de Gunda Macioti – Jean Tonglet nous raconte son histoire avec ATD Quart Monde

C’est avec tristesse que nous vous annonçons le décès de Gunda Macioti, amie et membre de longue date de notre Mouvement. Jean Tonglet, qui l’a bien connue, nous parle de son histoire avec ATD Quart Monde.

Notre amie Gunda Macioti est décédée ce 23 novembre 2020. Nous sommes nombreux à l’avoir connue, appréciée, aimée, depuis qu’elle avait pris contact , à la fin des années 80, avec la délégation du Mouvement auprès de l’Union européenne pour offrir ses services. Six ans durant, j’ai ainsi pu m’appuyer sur elle.

Elle a poursuivi cette mission aux côtés d’Olivier Gerhard, avant d’accepter d’être à son tour la représentante du Mouvement auprès de l’Union européenne. Allemande de naissance, italienne par son mariage avec Manfredo Macioti, elle était une européenne convaincue. Une conviction enracinée dans la mémoire des conflits qui ont ravagé l’Europe. Elle avait fait siens ces mots de la Déclaration de La Haye, le 9 mai 1948, affirmant qu’avec la construction européenne, “jamais la guerre, la peur et la misère n’auront été mises en échec par un plus formidable adversaire” . Aux côtés des délégués du Mouvement auprès de l’Union européenne, avant d’assumer à son tour cette charge, elle chercha, avec constance à poser à tous les responsables européens, à temps et à contretemps, la question que le père Joseph Wresinski avait laissé aux européens en juin 1987: “Suis-je vraiment un artisan de l’Europe pour tous ? Ce que je fais, ce que je dis, ce que je propose, permet-il la réalisation d’une Europe où les plus pauvres seront enfin libérés ? Permet-il la réalisation d’une Europe des Droits de l’Homme ?”. Elle avait porté cette question au cœur des débats de la Convention sur l’avenir de l’Europe, en 2002-2003, convention qui avait pour ambition l’adoption d’une Constitution européenne. Un article d’elle publié dans la Revue Quart Monde fait mémoire de ce combat et en dresse un bilan.

Elle s’était aussi beaucoup investie pour le développement et l’animation du Cercle de pensée Joseph Wresinski à Bruxelles, dont l’apothéose fut sans doute, en janvier 2008, un débat rassemblant le député européen Bronislaw Geremek, Jérôme Vignon, ancien conseiller du président de la Commission, Jacques Delors, et moi-même, délégué du Mouvement auprès de l’Union européenne de 1988 à 1994.

Européenne convaincue, elle n’avait pas oublié ses racines, et s’était également beaucoup engagée pour soutenir la présence et le développement du Mouvement dans son pays natal, l’Allemagne, et pour créer des liens avec des amis dans son pays d’adoption, l’Italie.

Le Mouvement ATD Quart Monde, profondément reconnaissant, s’associe à la peine de tous ceux et toutes celles qu’elle aimait en les assurant de toute notre sympathie.

Jean Tonglet