Le logement, mars 2018

Lettre de l’Université populaire Quart Monde de mars 2018

Extrait de la lettre de l’Université populaire Quart Monde destinée aux participants de l’Université populaire pour préparer la rencontre au sein des groupes locaux.

L’Université populaire Quart Monde est un lieu de construction de pensée et de parole, à la fois individuelles et collectives. Les personnes vivant dans la grande pauvreté y prennent la parole sur des thèmes de société. Cet endroit rassemble des personnes de tous milieux et permet de croiser les expériences de chacun pour changer notre regard sur les personnes en situation de pauvreté.

Si vous voulez en savoir plus sur l’Université populaire ou si vous souhaitez rejoindre un groupe de préparation, vous pouvez contacter l’équipe d’animation par téléphone 02/650.08.73 ou par mail (universitepopulaireqm(at)gmail.com), ou visitez cette page.

Présentation du thème :

En février, l’Université Populaire a été l’occasion d’inviter la Ministre de l’enseignement, Marie-Martine Schyns. Nous avons démarré en travaillant par groupe sur des sujets au centre de la plupart de vos préparations :

  • La question du tronc commun. Le groupe a partagé le fait que les élèves qui étaient envoyés vers les écoles spécialisées n’avaient pas accès à certains savoirs généraux, comme la géographie, les mathématiques, etc. Il a insisté sur l’importance de permettre à tous les enfants de suivre en classe.
  • La gratuité de l’école. Lors de la retransmission, on a pointé les frais très difficiles à payer pour des familles: le matériel de gym, la piscine. Il a aussi été dit que les écoles professionnels devaient fournir aux élèves le matériel qui parfois coûte très cher.
  • Les préjugés de l’école vis-à-vis des familles qui vivent dans la pauvreté. Il faut permettre aux parents d’être acteur, en dialogue avec l’école. Un jeune qui voit ses parents mal à l’aise face à l’école aura difficile de s’y sentir bien. Il y a aussi la difficulté de rejoindre les associations de parents et d’y trouver une place.
  • La collaboration entre professeurs et familles. La cellule du Pays des Vallées a réalisé une mise en situation qui montre à quel point le langage de l’école est parfois incompréhensible pour les familles. Ils ont évoqué des pistes pour un vrai dialogue.
  • La formation des professeurs. Plusieurs personnes ont insisté sur l’importance pour les professeurs de rencontrer les familles qui vivent dans la pauvreté, d’avoir une connaissance de leur difficulté. Il faut que cette démarche fasse partie de leur formation de base. Et une piste pour ce travail peut être le croisement des savoirs.

Après chaque retransmission, la Ministre a pu réagir et expliquer ce que le Pacte pouvait améliorer, mais aussi ses limites par rapport à nos demandes. Par exemple, pour beaucoup de mesures, comme la gratuité, cela va prendre plusieurs années avant de voir un réel changement. La Ministre a aussi expliqué à quel point l’inclusion des élèves dans l’enseignement général était une priorité pour elle et ses collaborateurs. Enfin, précisons encore que le groupe école a présenté à la Ministre le travail réalisé depuis plusieurs années avec des parents, des jeunes et des professionnels de l’école et le texte final « Nos ambitions pour l’école » lui a été remis.

Au mois de mars, nous travaillerons sur le thème du logement. Ce thème sera approfondi jusqu’au mois de juin. Pour démarrer la réflexion, nous vous proposons de partir de vos expériences personnelles.