Rio+20 : « Nous souhaitons que les États s’engagent »

Article posté le 4 juin 2012 Print Friendly

Rio+20 : « Nous souhaitons que les États s’engagent »

Eduardo Simas est volontaire permanent du Mouvement ATD Quart Monde. Du 20 au 22 juin, il participera à la Conférence des Nations-Unies sur le Développement Durable.

Par qui ATD Quart Monde sera-t-il représenté à Rio ?

Par deux membres du Mouvement en Bolivie, Marcelo Vargas et Mercedes Valdivia, par Brasil pela Dignidade (« Le Brésil pour la Dignité »), l’association brésilienne des amis d’ATD Quart Monde, et par Mariana Guerra, Matt Davies et moi-même, du centre international d’ATD Quart Monde à Méry-sur-Oise (Val d’Oise) [1]. Deux partenaires avec qui nous travaillons sur l’évaluation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) seront aussi présents : Verdejar Sócioambiental, association d’habitants du Complexo do Alemão, une des plus grandes favelas [2] de Rio, et Instituto Raízes em Movimento, du même quartier. Elles recevront au Complexo do Alemão des délégués de la Conférence les 16 et 17 juin.

Interviendrez-vous lors de la Conférence et du « Sommet des peuples » qui se déroulera en parallèle, du 15 au 23 juin ?

Les possibilités d’intervenir lors des réunions officielles de la Conférence sont très limitées. Mais nous essayons par différents relais d’introduire notre message dans le document final. Nous organisons par ailleurs un événement parallèle à la Conférence, sous le titre « Le rôle d’Objectifs de Développement Durable pour l’après-2015 », au nom de la coalition « Beyond 2015 » [3] et avec la Campagne du Millénaire des Nations Unies, le gouvernement d’Irlande, l’association Civicus et le Service de Liaison Non Gouvernemental des Nations Unies (SNLG). Cette rencontre a pour but de travailler sur l’après-2015 avec les représentants des États, des Nations Unies et de la société civile. Lors du Sommet des Peuples, nous participerons aussi à différents temps forts.

Avez-vous l’espoir d’influencer le document final de la Conférence ?

Les chances que nos propositions se retrouvent dans ce document sont très limitées. C’est pourquoi nous nous centrons sur le point le plus important, également soutenu par d’autres représentants de la société civile : que tout processus pour l’après-2015 soit construit avec une vraie participation des populations vivant dans l’extrême pauvreté et avec une approche fondée sur les Droits de l’Homme qui associe les trois piliers du développement durable : l’économique, le social et l’environnemental.

Propos recueillis par Jean-Christophe Sarrot
Pour suivre Rio+20 entre le 15 et le 23 juin : www.twitter.com/ATD4thWorld et www.twitter.com/ATDQM

Lire aussi « Nous avons montré que nous ne voulions plus vivre ainsi ».

ATD Quart Monde a lancé une évaluation des OMD

12 ans après le lancement des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), le constat est que les plus vulnérables ne sont pas atteints. Pourquoi ? Qu’est-ce qui a échoué ? Qu’est-ce qui a réussi ?

ATD Quart Monde a lancé un programme pour évaluer les OMD en s’appuyant sur la résolution A/RES/66/215 des Nations Unies qui invite tous les acteurs concernés par les OMD « à favoriser la participation active de ceux vivant dans l’extrême pauvreté à la conception et à la réalisation des programmes et des politiques. » Conduite par Xavier Godinot, cette évaluation est menée entre mars 2011 et septembre 2013 dans huit pays où ATD Quart Monde est présent : Belgique, Brésil, Bolivie, Burkina Faso, Haïti, Madagascar, Maurice et Philippines. L’objectif est que les personnes vivant dans l’extrême pauvreté au nord comme au sud puissent apporter leur pensée et leur expérience à l’évaluation des OMD et proposer des avancées. Voir http://bit.ly/LshFe0 Feuille de route rendra compte des moments forts de cette évaluation jusqu’en 2013.

[1La participation d’ATD Quart Monde à Rio+20 est soutenue financièrement par la Fondation pour le Progrès de l’Homme.

[2Bidonvilles.

[3La coalition « Au-delà de 2015 » rassemble 300 petites et grandes organisations de 70 pays (dont ATD Quart Monde), des chercheurs et des syndicats afin de travailler sur l’après-2015 avec la participation des personnes vivant dans la pauvreté et l’exclusion.