Rapport Général sur la Pauvreté

Article posté le 1er avril 1996 Print Friendly

Ce document représente une "première mondiale" : pour la première fois, un gouvernement reconnaît les personnes vivant la pauvreté et l’exclusion comme des partenaires politiques.

En 1992 en effet, le Gouvernement fédéral de Belgique décide de consulter les personnes qui vivent dans la pauvreté dans le but de lutter plus efficacement contre celle-ci : il confie à des associations dans lesquelles ces personnes se reconnaissent ainsi qu’aux CPAS la rédaction d’un Rapport Général sur la Pauvreté qui sera publié en 1994. La Fondation Roi Baudouin est chargée de coordonner la démarche.

Dès lors, de 1993 à 1995, des centaines de personnes en situation de pauvreté et d’exclusion se sont mobilisées avec d’autres membres des organisations au sein desquelles elles se rassemblaient et bâtissaient leur pensée collective. Ensemble, ils ont dialogué avec des représentants des Villes et Communes de Belgique (section C.P.A.S.) ainsi que d’autres professionnels et responsables institutionnels.

Parce que produit de ce dialogue inédit, le Rapport Général sur la Pauvreté apporte une compréhension nouvelle de la pauvreté et de l’exclusion sociale et propose des pistes novatrices pour y mettre fin.

Ainsi que le précisait l’Accord de Coopération passé entre les différents niveaux de pouvoir, en 1999, dans le prolongement du RGP, l’enjeu de ce rapport est fondamental pour l’ensemble de notre société : "...la précarité d’existence, la pauvreté et l’exclusion sociale, économique et culturelle, fût-ce d’un seul être humain, portent gravement atteinte à la dignité et aux droits égaux et inaliénables de tous les êtres humains...". Il s’agit donc bien de chercher les moyens nécessaires pour assurer, à tous, sans exception, l’accès aux droits fondamentaux reconnus à tous.

en .pdf, sur le site de la Fondation Roi Baudouin

 

ou :

PDF - 1.7 Mo