« Principes directeurs de l’ONU »

Extrême pauvreté et droits de l’Homme

Article posté le 27 septembre 2012 Print Friendly

« Principes directeurs de l'ONU »

Le Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies a adopté par consensus ce 27 septembre le premier instrument juridique international pour combattre la misère, suite à un travail entamé depuis 1982.

Ces principes sont effectivement à l’étude au Conseil des droits de l’homme depuis 2006 et sont l’aboutissement d’une mobilisation qui remonte au 15 mai 1982 quand Joseph Wresinski a lancé la pétition pour que la misère soit reconnue comme une violation des droits de l’homme au même titre que le racisme. C’était à Forest National pendant le rassemblement "Plein droits pour tous les hommes" pour les 25 ans du Mouvement ATD Quart Monde.

En 1987, après une rencontre du Secrétaire Général de l’ONU, Joseph Wresinski a pu intervenir aux Nations Unies, devant ce qui s’appelait alors la Commission des Nations Unies pour les Droits de l’Homme (maintenant appelée Conseil des Droits de l’Homme). Ce Conseil fit appel à une sous-commission pour la promotion et la protection des droits de l’homme pour travailler sur une liste de principes et de droits qui pourraient aider la communauté internationale dans la lutte contre la pauvreté. Celle-ci demanda à des États, des programmes, des fonds et des organismes des Nations Unies de donner leur opinion et, après deux cycles de consultations avec des organisations non-gouvernementales comme celles que le Mouvement International d’ATD Quart Monde a organisé pour recueillir l’avis des personnes en situation d’extrême pauvreté, le Conseil demanda à la Rapporteuse spéciale sur les droits de l’homme et l’extrême pauvreté, Magdalena Sepúlveda Carmona, de soumettre un rapport sur les Principes Directeurs pendant la 21ème session en septembre 2012.

Le texte s’appelle Principes Directeurs : « Extrême pauvreté et droits de l’homme : les droits des pauvres » [1], il fait 32 pages, et est relativement accessible, et contient certaines affirmations très fortes, par exemple sur la discrimination à cause de la pauvreté ou sur la participation effective des personnes en situation de grande pauvreté aux décisions.

Tout au long de ce travail, des familles très pauvres de différents continents ont contribué avec leurs idées, leur expérience. Ce texte existe en ligne en russe, arabe, chinois, français, anglais et espagnol.
Cette approbation n’est évidemment qu’une étape. Il reste maintenant à ce que de nombreux pays s’appuient sur ce texte et à ce qu’il soit traduit dans la vie quotidienne, tant par des lois que par des pratiques.

Voir aussi (en français) :
http://www.atd-quartmonde.org/Vers-l-adoption-de-Principes.html

.