Misère = violence

Partenaire n° 76 - Janvier / février 2012

Le 26 janvier s’est déroulé à la Maison de l’UNESCO à Paris le colloque « La misère est une violence : rompre le silence ». Son objectif : comprendre la violence vécue par les personnes en situation d’extrême pauvreté et identifier les chemins vers la paix.
Article posté le 24 avril 2012 Print Friendly

Misère = violence

On juge souvent les personnes très pauvres comme étant auteurs de violences, contre lesquelles la société doit se protéger. On oublie qu’elles sont les premières victimes de ces violences quotidiennes : décrets poursuivant ceux qui mendient, qui vivent à la rue, expulsion de ceux qui vivent sur des terrains sans en avoir le droit...

Ces personnes font l’objet d’une véritable discrimination à cause de leur origine sociale. Elles sont dans une situation de grande pauvreté et subissent des violations répétées de leurs droits. Elles sont culpabilisées de ne pas réussir quand les projets qui leur sont destinés ne correspondent pas à leur situation. Elles sont rarement associées parce que d’autres prétendent savoir à leur place ce qu’il faut entreprendre. Elles sont manipulées dans les conflits armés, puis rejetées au moment des processus de paix etc.

Au cours des trois dernières années, des membres d’ATD Quart Monde ont mené une recherche sur les liens entre misère, violence et paix. Plus de 1000 personnes de 25 pays à travers le monde dont la Belgique, ont participé à ce travail. Les personnes confrontées quotidiennement à la misère ont été de véritables contributeurs à cette réflexion : ils ont partagé leur expérience et apporté leur savoir qui a été croisé avec celui d’autres participants venant de différents milieux (universitaires, chercheurs, professionnels…). Cela a permis une réflexion plus globale sur la relation entre la violence engendrée par la misère et la contribution à la paix.

Dans un monde obnubilé par la sécurité, dont les discours et les actes cherchent à rendre toujours plus coupables les très pauvres et ne font qu’agrandir les divisions entre les personnes et les peuples, nous voulons qu’au niveau international ce travail de connaissance vienne interroger nos engagements et nos actions.

Thèmes abordés durant le colloque :
- Les privations matérielles et le déni des droits fondamentaux
- Les violences institutionnelles et leurs conséquences
- La non reconnaissance des personnes en situation de pauvreté comme des êtres humains à part entière
- Les difficultés pour adapter les projets aux besoins des personnes les plus défavorisées
- Les résistances à la violence et les chemins vers la paix
- Le croisement des différentes sources de connaissance au service de la paix

Pour aller plus loin :http://www.atd-quartmonde.org/La-mi...->http://www.atd-quartmonde.fr/Troisieme-journee-du-colloque-La.html]