Merci à Alicia et à Anne-Marie de nous avoir permis de constater que l’engagement n’est pas soluble dans la durée

Article posté le 28 juin 2013 Print Friendly

Merci à Alicia et à Anne-Marie de nous avoir permis de constater que l'engagement n'est pas soluble dans la durée

Anne-Marie Hainaut et Alicia Astudillo-Rojas font partie de ces pionnières qui ont bâti le mouvement ATD Quart Monde en Belgique.
35 années se sont écoulés depuis qu’elles ont franchi la porte de la Maison Quart Monde pour la première fois. Avec leur départ en pension, c’est une page du mouvement qui se tourne aujourd’hui. Aux suivants d’écrire la suite...

Beaucoup d’articles de presse et beaucoup de revue d’associations questionnent régulièrement la notion d’ "engagement". Particulièrement celle de l’engagement dans la durée.
Comment le susciter ? Comment lui permettre de résister face au temps qui passe ?
Certains tentent de mettre des mots sur les changements observés dans la société quant à l’évolution de cette notion d’engagement. Aujourd’hui on entend parler de plus en plus d’engagement "post-it" pour décrire le fait de s’engager pour de courtes durées à soutenir des causes éphémères...


Facebook et autres réseaux sociaux réduiraient la notion d’engagement citoyen à un engagement zapping, virtuel et volatile...

Un autre article posait même récemment la question : l’engagement n’est-il qu’un passe temps ?.

Son auteur tenait à réagir à une idée reçue qui se répandrait et selon laquelle "Le bénévolat, c’est pour quand on est en retraite."

Anne-Marie et Alicia ont commencé à travailler à ATD Quart Monde le même jour. C’est donc en toute logique qu’elles partent aujourd’hui à la retraite, le même jour.

Pendant 35 ans, Anne-Marie a accueilli, écouté, orienté, conseillé toutes les personnes qui se présentaient ou téléphonaient à la Maison Quart Monde. La bonne humeur qui y règne malgré l’urgence et les difficultés que vivent les personnes que l’on connaît, c’est à elle qu’on la doit.

Anne-Marie est aussi une porteuse de flambeau : elle fait partie de ces personnes qui ont permis la transmission aux générations successives de toute l’histoire et des valeurs qui ont bâti le mouvement en Belgique.

Quand Alicia a débuté à la Maison Quart Monde, on lui a donné 2 boîtes d’archives. On lui a demandé d’en faire une Bibliothèque et un Centre de documentation qui témoigneraient du courage et de la résistance des plus pauvres en Belgique. Aux débuts du mouvement dans le pays, au moins une chose était sûre : il est impossible de lutter contre la misère sans la comprendre.


Aujourd’hui, les ressources collectées et organisées au fil du temps constituent un fonds unique. Chercheurs, étudiants ou professionnels ont pu y puiser de nombreux éléments afin de bâtir une histoire de la misère qui soit la plus juste possible.

Tout au long de ces années, Alicia a également rédigé de nombreux rapports (Education permanente et autres...). Ce travail minutieux réalisé dans l’ombre était pourtant capital. Certes il permettait de rendre compte de l’utilisation des subsides obtenus mais il nous poussait également à évaluer de manière constante et précise la pertinence de nos actions.

Anne-Marie et Alicia n’ont pas attendu d’être à la retraite pour être engagées pour les autres et on les en remercie. Elles nous rappellent aussi que l’on peut être, encore aujourd’hui, à la fois engagées et fidèles.
Personne ne peut prédire la suite de l’histoire du mouvement ATD Quart Monde en Belgique mais on la souhaite toute aussi riche et belle que celle qu’Alicia et Anne-Marie ont contribué à écrire .