Le travail (1)

Université Populaire Quart Monde - avril 2008

Article posté le 19 avril 2008 Print Friendly

Présentation du sujet.

La question du travail est centrale dans la vie de beaucoup. On peut avoir un travail ; on peut avoir perdu son travail ; on peut chercher du travail ; on peut vouloir travailler mais se sentir exclu du monde du travail.

Nous voulons aborder ce thème du travail de façon très large.
S’il s’agit d’un travail rémunéré (pour lequel on reçoit un salaire), on parle alors d’emploi.
On peut aussi s’investir gratuitement dans une activité qui nous tient à cœur, où on se sent utile : on parle alors de travail bénévole.
On peut effectuer de multiples travaux ou activités qui ne sont pas reconnus.
Nos expériences de vie nous ont amenés à être confrontés à ces différentes formes de travail. Les parcours de travail sont parfois très riches et très variés. Ils sont aussi parfois très durs. Mais on peut en retirer beaucoup de fierté.

Nous prolongerons ce thème le mois prochain.

Points forts

Le 19 avril, nous avons fait l’expérience de réaliser l’université populaire dans deux lieux. Au même moment, une université populaire avait lieu à Liège, une autre à Quaregnon. Cela a permis à plus de 110 personnes de participer à la réflexion sur le travail. Un très bel accueil nous a été réservé des deux côtés, au cœur du Borinage et en région liégeoise, deux régions au passé ouvrier et industriel significatif.

Des deux côtés, nous avons réfléchi aux même questions.
- Le sens et l’importance du travail (rémunéré et non rémunéré) 
- En sous-groupes, nous avons réfléchi aux questions suivantes :

1. Quels obstacles rencontrons-nous pour trouver du travail ?
Le manque d’études et de formation, rassembler tous les papiers nécessaires, pouvoir se présenter correctement, passer l’examen d’embauche, le manque d’expérience, les longs déplacements, les préjugés ( femmes avec enfants, …), ne pas parler une autre langue, …
Quels obstacles pour garder son travail ?
Respecter les règles de travail (horaires, rythme, adaptation au travail,…), la pression, les mauvaises conditions de travail,…

2. Quelle expérience avons-nous du travail précaire ? (Remplacements, intérims, ALE, travail au noir,…)
S’ils permettent d’entrer dans le monde du travail et d’avoir une expérience, ils ne permettent pas de faire des projets (travail et revenus irréguliers) ; on peut être à la merci du patron (réduction du temps de travail, pression,…) ; les salaires sont parfois très bas,...

3. Qu’apportent les activités non rémunérées que l’on fait ?
On découvre ses capacités, on se sent utile aux autres, on rejoint d’autres personnes qui partagent les mêmes convictions, ça renforce les liens entre voisins, on fait le vide dans sa tête, on est moins stressé,…