Le temps de vacances : temps de découverte ?

Editorial du n° 53, mai / juin 2007

Article posté le 3 juillet 2007 Print Friendly

Les vacances approchent. Chacun, dit-on, fait des projets. Qui ira loin à la découverte de pays inconnus de lui ? Qui ira rejoindre telle ou telle partie de la famille à la campagne ? Qui profitera de ce temps pour réaliser des stages de sport, d’artisanat ? Qui se reposera tout simplement en bord de mer ?

Pour les familles les plus pauvres, cette période est difficile. Elles voient, elles aussi, arriver les vacances. Les rêves ne manquent pas, mais comment arriver à les réaliser même partiellement ? Lorsque les privations diverses durent tout au long de l’année, le désir de vacances, de détente partagée est d’autant plus fort. Elles rêvent de se retrouver en famille, de pouvoir découvrir ensemble tant et tant de personnes et de choses magnifiques.

Cependant il y a loin du rêve à la réalité. Certes il y a des « colonies » au vert pour les enfants mais elles ne sont pas toujours accessibles financièrement. Certes il y aura l’une ou l’autre fête dans le quartier…

La souffrance des familles est grande. Le temps libre, choisi, créatif, riche de rencontres et de découvertes, les plus pauvres y aspirent. Mais souvent, ce temps, c’est pour les autres. En effet la misère n’accorde pas de trêve. Les vacances sont un luxe souvent inabordable.

Pourtant certaines familles, avec le Mouvement ou avec d’autres associations, ont eu la chance de vivre de vraies vacances. Quelle joie ! Quelle belle occasion de se retrouver les uns les autres, de refonder la famille ! Elles nous disent, et redisent parfois des années plus tard, combien ce temps a été générateur de progrès, de paix, de grandes et petites réconciliations, de découvertes communes, d’ouverture aux autres.

Elles font un plaidoyer pour que le droit aux vacances soit accessible à tous. Seront-elles entendues ? Faire la sourde oreille serait un déni d’humanité.

 

Pierre Hendrick