Le droit à l’éducation

Cercle Joseph Wresinski

Inspirés par la pensée de Joseph Wresinski, nous cherchons dans la lutte contre la pauvreté à rencontrer les aspirations des plus pauvres.
Dans l’esprit de cette recherche, le Cercle de pensée Joseph Wresinski consacrera les rencontres du cycle 2011/2012 à La violence faite aux pauvres : quelles solidarités en réponse à quelles inégalités ?
Article posté le 24 octobre 2011 Print Friendly

Le droit à l'éducation

Nous sommes heureux de vous inviter à la première rencontre qui aura lieu le :

Mercredi 23 novembre 2011, à 19h30
Pavillon des Conférences de l’UCL, (salle 38/A)
Clos Chapelle aux Champs 19,
Woluwé St Lambert. (Métro 1B Station Vandervelde)

 

Le droit à l’éducation

« Jamais nous ne réintégrerons l’exclu tant que nous n’accepterons pas sa parole comme une contestation pour nous et pour notre monde : non seulement pour nos politiques et structures, mais pour nos manières d’être et notre civilisation. Il est le seul à pouvoir nous dire ce qu’est la dignité, lui qui ne connaît que la honte. Il est le seul à pouvoir nous dire ce qu’est la fraternité, lui qui ne connaît que l’exclusion. Mais accepter cela, c’est déjà s’engager dans une nouvelle étape de notre civilisation. »

Joseph Wresinski

Jacques Liesenborghs, co-fondateur de la Confédération générale des enseignants, Bernard Declercq, enseignant, présenteront le cheminement de leur engagement à permettre aux jeunes exclus d’accéder au droit à l’éducation en les libérant de la honte (voir biographies des intervenants au verso).

Afin de faciliter l’organisation de cette soirée, nous vous serions reconnaissants de bien vouloir nous répondre si vous comptez y assister mais nous vous rappelons que nous gardons le principe de l’entrée libre.

RSVP : Délégation UE - Tel. 02 647 99 00

Co-organisé par ATD Quart Monde Wallonie Bruxelles et la Délégation auprès de l’Union Européenne du Mouvement International ATD Quart Monde

 

Brèves données biographiques

 

Jacques Liesenborghs

De la direction du Collège Cardinal Mercier au Réseau d’amitié des Jeunes de la Rue du Guatémala

Né à Namur en 1941, Jacques Liesenborghs est licencié en philosophie et lettres.

Au Collège Cardinal Mercier de Braine l’Alleud, il a enseigné le latin et le grec avant de devenir en 1970 Directeur des Humanités. Le climat - mai 68 - est propice à l’innovation. Le Collège devient un lieu culturel. Une période vivante avec des débats passionnants, mais Jacques prend conscience
d’être plus attiré vers d’autres milieux.

En 1977, il se tourne vers une école professionnelle du bâtiment, l’Atelier Marollien. Il se retrouve avec des jeunes allant d’échec en échec. Ce changement radical de cadre, de public, de contexte social économique et culturel va nourrir ses engagements politiques, associatifs et pédagogiques.

Jacques Liesenborghs est co-fondateur de la Confédération générale des enseignants (devenue changement pour l’égalité). Il en a été Secrétaire général de 1980 à 1990 et y a travaillé pour faire une priorité de l’éducation en milieux populaires.

Il a été Sénateur de 1991 à 1995 et Vice-président du Conseil d’Administration de la RTB de 1999 à 2004.

Il se rend compte qu’il est plus utile à la formation initiale des enseignants et termine sa carrière à l’école normale.

Actuellement, il aide à faire connaître le Réseau d’amitié avec les Filles et les Garçons de la Rue du Guatémala.

 

Bernard Declercq

 

Sorti de l’école normale en 1962, il a rejoint, après quatre années passées dans un premier établissement, l’Institut technique d’Ath en 1966, en tant que professeur de sciences et de géographie dans le cycle inférieur de l’enseignement secondaire technique industriel.

Il fait la connaissance du Mouvement ATD Quart Monde en 1977, suite à la découverte de l’existence de la grande pauvreté dans sa petite ville rurale.

Fin des années 80, ses élèves l’ont mobilisé pour « montrer aux autres professeurs comment il faisait avec eux ». Il commence alors à donner une formation aux enseignants, intitulée à l’époque « Créer un climat de paix »

A la retraite depuis 2002, il donne aussi des modules d’animation en primaire et secondaire.

Le 4 février 2009, les paroles de Bernard Foccroule invité par le cercle Wresinski à l’auditorium du Palais des Beaux-Arts, croisent son expérience de vie d’enseignant.

Chaque rencontre avec ces personnes fragilisées aboutit à une rencontre plus forte qu’avec le public habituel. La fragilité de l’être humain renforce en effet leur humanité. Pour elles, la rencontre avec l’art est en quelque sorte existentielle et pour les artistes, de telles rencontres peuvent changer leur
vie.

Il se dit « dopé » par les enfants des exclus.

PDF - 111.9 ko
Invitation