Lancement de la campagne "Stop à l’Impunité fiscale"

Article posté le 21 avril 2017 Print Friendly

Lancement de la campagne

30 milliards d’euros, c’est la somme qui échappe chaque année aux caisses de l’État belge. Pour demander au gouvernement de mettre tous les moyens utiles pour lutter efficacement contre la fraude fiscale, Financité a lancé le jeudi 20 avril une grande campagne sous le slogan « Stop à l’impunité fiscale ! »

Mercredi 19 avril, le gouvernement fédéral trouvait un accord afin de reporter l’équilibre budgétaire de 2018 à 2019. Il faudra dès lors trouver 5 petits milliards d’euros d’ici 2019. Si la somme peut paraître colossale, elle s’avère en réalité bien dérisoire, au vu du montant – estimé à environ 30 milliards d’euros - « volé » chaque année à l’État belge.

Au niveau européen, ce seraient en tout 1000 milliards d’euros, soit l’équivalent des dépenses de santé de tous les États-membres, ou encore, à l’échelle du citoyen, quelque 2000€ par habitant de l’Union européenne.

Pourtant très peu est fait en Belgique pour lutter contre ce fléau. Au contraire, les moyens alloués aux « services de lutte contre la fraude fiscale sont (même) littéralement démantelés » pour le juge d’instruction Michel Claise.

A titre d’exemple, l’Office central de lutte contre la délinquance économique et financière organisée est passé en un an de 70 à 18 personnes en termes d’effectifs.

Toujours selon Michel Claise « 20 000 dossiers concernant la fraude financière sont classés sans suite chaque année, faute de personnel suffisant ».

 

Pourquoi ATD Quart Monde prend part à cette campagne ?

 

Le débat sur la lutte contre la fraude fiscale peut être houleux et quiconque se prononçant en sa faveur se voit parfois exposé aux soupçons de "partisanisme" ou de "populisme". Pourtant, au-delà des débats sur la lutte des classes, il y a des faits, chiffrés et connus du monde politique, que nous ne pouvons ignorer en tant que Mouvement ayant comme objectif l’éradication de la pauvreté.

En effet, les diverses mesures d’austérité mises en place à l’issue de la crise économique de 2007, pour rembourser la dette contractée par L’État belge, ont affaibli les services publics belges, tels que ceux de la santé, de la justice, de l’éducation, de la culture ou des transports, faisant ainsi massivement peser le remboursement de la dette sur les citoyens. Et pour ceux dont les revenus sont les plus faibles, ces mesures d’austérité peuvent s’avérer fatales. De ce fait, leur accès à ces services publics se trouve rendu plus complexe, et la qualité de ces derniers est également, par "manque de moyens", revue à la baisse.

De plus, il nous semble normal de nous étonner face aux importants moyens déployés pour lutter contre la fraude sociale (intrusions domiciliaires surprises des contrôleurs de l’ONEM, transmission des informations recueillies par la police, observation des factures de gaz, d’électricité ou d’eau que les compagnies de distribution d’énergie doivent communiquer, etc.). Par rapport à cette tendance, la lutte contre la fraude fiscale fait du sur place, créant ainsi une société à deux vitesses.

Dans ce cadre, pour ATD Quart Monde, scander "Stop à la Pauvreté", c’est aussi dire "Stop à l’Impunité fiscale" !

 

Une grande campagne pour dire Stop !

 

Afin de sensibiliser le plus grand nombre à ce problème, Financité a lancé le jeudi 20 avril la campagne « Stop à l’impunité fiscale ». Les citoyens sont invités à signer en ligne une pétition sur www.stopimpunitefiscale.be. Des conférences seront organisées partout en Belgique francophone, et des actions de sensibilisation seront mises en place.

La grande fraude fiscale nécessite des mécanismes complexes difficiles à contrecarrer sans moyens spécifiques et solides pour détecter, poursuivre et juger les crimes financiers. Mais sans une volonté politique forte, les fraudeurs les plus riches et les mieux organisés passent aisément à travers les mailles du filet. #Stopimpunitefiscale


PDF - 281.9 ko
Communiqué de presse
PDF - 734.9 ko
Dossier pédagogique