"La sécurité sociale" (1)

Université Populaire Quart Monde - octobre 2007

Article posté le 30 octobre 2007 Print Friendly

Présentation du sujet.

Suite à l’Université populaire de septembre (déclaration de solidarité), nous proposons de continuer le thème de la solidarité au sein de la société, en parlant de la sécurité sociale.

La sécurité sociale (mutuelle, pensions, allocations familiales, aide sociale,...) est le résultat de luttes sociales. Même si elle est imparfaite, elle est un exemple de recherche de plus d’égalité entre les hommes dans une société. C’est un acquis qu’il ne faut pas perdre.

C’est important de mieux comprendre ensemble ce qu’est la ’sécurité sociale’, ’l’aide sociale’, la ’protection sociale’ pour mieux défendre nos droits. Chacun est concerné et participe à cette forme de solidarité.
Un invité nous aidera à aborder le sujet.

Points forts.

17 octobre : Journée mondiale du refus de la misère. Les nouvelles partagées montrent que cette journée a été célébrée dans beaucoup d’endroits, partout dans le monde. Tout comme les 22.000 signatures récoltées en Belgique par la Déclaration de Solidarité, elle montre qu’un bon nombre de citoyens se sentent concernés par la pauvreté.

Le thème abordé, la sécurité sociale, est lié à la solidarité (thème du mois précédent).
La sécurité sociale intervient dans la vie de chacun d’entre nous (mutuelle et remboursement des soins de santé, pensions, chômage,...).

M. Jean Hermesse, secrétaire général des Mutualités chrétiennes, est venu nous apporter des éclaircissements sur ce système compliqué. La sécurité sociale a fort évolué en Belgique depuis plus de 100 ans : née à l’initiative d’un petit groupe de travailleurs qui cotisaient, la sécurité sociale s’est étendue à la totalité des personnes résidant légalement en Belgique. Elle assure une protection des travailleurs. Elle est financée principalement par des cotisations. C’est un premier filet de sécurité. Un deuxième filet de sécurité touche les personnes qui n’ont pas de ressources : c’est l’assistance sociale (RIS, handicapés,...). Elle est financée par l’Etat.

On parle du ’ticket modérateur’, cette partie des frais de santé à charge du patient. Les personnes qui ont un faible revenu (BIM, anciennement VIPO) paient un ticket modérateur moins élevé. Les dépenses de santé à charge du patient sont aussi plafonnées selon les revenus (MAF : maximum à facturer). Malgré ces mesures, les soins de santé restent chers pour beaucoup.

Toutes les personnes devraient être couvertes par la sécurité sociale. Dans la réalité, certaines ne le sont pas. Nous en connaissons. par exemple, quand les cotisations n’ont pu être payées à la mutuelle ou qu’un statut de handicapé est suspendu à cause de formulaires non reçus ou non renvoyés.