La crise actuelle : qu’en penser ?

Université Populaire Quart Monde - janvier 2009

Article posté le 6 janvier 2009 Print Friendly

La crise actuelle : qu’en penser ?

Présentation du sujet

Depuis la fin du mois de septembre dernier, on parle d’une crise financière et économique. Elle est partie des Etats-Unis. Elle touche aujourd’hui le monde entier et aussi la Belgique.
Il y a d’abord eu des banques en faillite. La crise a des conséquences sur les entreprises et donc sur l’emploi. On parle beaucoup de « chômage économique ».
A cette crise financière et économique, s’est ajoutée une crise politique en Belgique, avec la chute du gouvernement. Au moment où la Lettre de l’Université Populaire Quart Monde est écrite, un nouveau gouvernement est presque mis en place.
Le gouvernement travaillait au budget et aux accords entre patrons et syndicats. Des mesures pour l’emploi, pour les salaires, pour l’énergie étaient discutées.

Nous sommes pris dans un « tourbillon » qui fait peur pour l’avenir et – en particulier – pour l’avenir de nos enfants. Certains s’interrogent sur l’avenir des droits sociaux acquis (comme le chômage, le RIS, les pensions).
Certaines personnes obtiennent difficilement ces droits. Est-ce que cela ne sera pas encore pire demain ?

Points forts

« La crise » dont nous entendons beaucoup parler dans les médias est difficile à comprendre. Beaucoup d’éléments sont en jeu et nous n’avons pas de recul. Certaines personnes ressentent la crise dans leur vie quotidienne, d’autres pas. Plusieurs personnes ont dit que la vie était déjà très difficile avant la crise.

Yvette de Bruxelles, Carine et Marie-Agnès de La Louvière ont introduit l’Université populaire en donnant un avis personnel sur la crise : ce qu’elles en pensent, les questions que la crise leur pose ; Quelle solidarité se vit entre les gens ? La crise ne va-t-elle pas avoir des conséquences sur les budgets sociaux (chômage, RIS,…) ? La crise suscite des inquiétudes.

Qu’est-ce que la crise ? Les faillites en cascade des banques ont révélé les risques pris par les banques, leur mauvaise gestion, la recherche de profits toujours plus grands. Des entreprises sont touchées et les conséquences se font sentir au niveau de l’emploi. Les premiers touchés sont ceux qui avaient un emploi précaire (contrats à durée déterminée, intérims).

La crise, en révélant des injustices, suscite aussi une prise de conscience de la situation et pousse à s’interroger : « Qu’est-ce qu’il faut changer pour que ça aille mieux ? »

Les préparations en cellule ont mis en évidence 5 domaines importants pour l’avenir :

  • Le travail et le chômage
  • L’avenir des enfants
  • Les acquis sociaux
  • La solidarité
  • Le pouvoir d’achat

Nous avons réfléchi en petits groupes à ce que ça veut dire pour nous aujourd’hui et demain.


L’Université Populaire Quart Monde Ile-de-France a aussi abordé ce thème. On peut en trouver ici des échos.