L’engagement d’ATD Quart Monde en Belgique dans l’évaluation des OMD.

Article posté le 16 janvier 2012 Print Friendly

L'engagement d'ATD Quart Monde en Belgique dans l'évaluation des OMD.

En Belgique, comme en Europe, il n’y a pas de programme d’action des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) dans le pays. Chaque pays européen s’est plutôt engagé à soutenir ce qui se faisait dans les pays du Sud (voir les Affaires étrangères belges).

Cela ne veut pas dire que, dans les pays du Nord, comme la Belgique, il n’y a pas de pauvreté, pas d’enfants qui n’apprennent pas à l’école, pas de problèmes de santé, pas de problèmes d’environnement,...

La lutte contre la pauvreté chez nous – comme d’autres objectifs repris parmi les Objectifs du Millénaire – passe par des droits. Qu’il s’agisse d’avoir un minimum financier pour vivre, d’être utile aux autres, d’avoir un logement, d’avoir accès aux soins, etc... tout est codifié dans des lois, donc dans des droits (et des obligations... ).

Mais il y a de plus en plus de conditions mises pour l’accès aux droits (cf la publication sur la Conditionnalité des droits). Cela est vrai pour les « nationaux » (cohabitation, accès au travail, au logement,...) ; pour les populations migrantes, les droits sont souvent très restreints voire inexistants.

Le Mouvement ATD Quart Monde en Belgique et certains de ses partenaires ont décidé de rejoindre une évaluation internationale des Objectifs du Millénaire pour le Développement qui donne la parole aux plus pauvres, évaluation menée dans 8 pays par le Mouvement International ATD Quart Monde. Ce travail se fait dans le cadre d’une résolution de l’ONU (Voir le point A/C.2/66/L.67 / article 19, voté le 30 novembre 2011)

Que faisons-nous ?

Depuis un certain temps, nous nous rencontrons, avec d’autres associations et avec leurs militants sur ces conditions mises aux droits, sur les mécanismes qui les créent et sur les actions à mener. Ce travail du "Collectif" sera relié à l’évaluation des OMD.

Les Universités Populaires Quart Monde réfléchissent depuis longtemps à comment on lutte ensemble contre la misère, comment faire reconnaître et obtenir ses droits... Deux personnes se sont engagées à reprendre ces écrits et à les confronter aux plans belges de lutte contre la pauvreté.

En même temps que de revendiquer l’accès de tous aux droits de tous, les personnes qui ont connu la grande pauvreté veulent être reconnues comme citoyens, quelle que soit leur origine. En Belgique, comme dans d’autres pays, nous sommes dans des sociétés multi-culturelles. Deux Universités Populaires Quart Monde ont abordé cette question « d’être d’ailleurs » et « de vivre ensemble », reliée à la citoyenneté. Des Universités Populaires néerlandophones ont pris des thèmes proches, comme "s’enfuir" ("Op de vlucht"). Un Atelier croisant les regards et les savoirs de participants aux Universités Populaires et d’autres personnes approfondira ces questions.

Nous avons aussi demandé à d’autres de participer à cette évaluation en apportant des points forts de la lutte contre la pauvreté. C’est le cas de la concertation entre les « forces vives du pays » qu’organise le Service de Lutte contre la Pauvreté.

Nous participerons également à des rencontres, séminaires organisés par le Mouvement International où nous pourrons échanger avec des participants du Burkina Faso, de Madagascar, de l’Ile Maurice, des Philippines, de Haïti, de Bolivie, du Brésil.