L’énergie : quelle évolution depuis 2006 ?

Université Populaire Quart Monde - novembre 2008

Article posté le 3 novembre 2008 Print Friendly

L’énergie (électricité, gaz, mazout,…) : quelle évolution depuis 2006 ?

Présentation du sujet

Il y a deux ans, nous avons déjà réfléchi au thème de l’énergie. C’était juste avant la libéralisation du marché du gaz et de l’électricité. Depuis lors, le prix de l’énergie a beaucoup augmenté : « Parfois les factures d’énergie sont aussi élevées que le loyer. » Des mesures existent pour aider les personnes qui ont de faibles revenus. Avons-nous facilement accès à ces mesures ? Sont-elles suffisantes ?

Beaucoup essaient de faire des économies (par exemple en retardant le plus possible la mise en route du chauffage). Mais beaucoup de choses ne dépendent pas des locataires : le système de chauffage, l’isolation, etc.

Points forts

La cellule de Ath introduit le sujet : « On n’a pas le choix de son type de chauffage quand on est locataire », « C’est difficile de faire des économies quand le logement est de mauvaise qualité », « Encore aujourd’hui, des personnes se retrouvent sans rien : sans électricité, sans eau, sans chauffage ».
Face à l’augmentation des prix de l’énergie, plusieurs d’entre nous reviennent au charbon et au pétrole (avec leurs inconvénients). Chacun essaie de faire des économies comme il peut. Faire des économies, demande de faire des investissements (comme acheter des ampoules économiques).

Notre invité, Thibaut de Menten, du Rwade (Réseau Wallon pour l’accès durable à l’énergie), nous parle ensuite du rôle des fournisseurs d’électricité (qui envoient maintenant la facture) et des intercommunales (qui gèrent la distribution). Il nous explique qui a droit au tarif social au niveau fédéral (les personnes recevant le RIS, la Grapa, une allocation aux personnes handicapées,...). Au niveau régional, s’ajoutent par exemple les personnes en médiation de dettes.
On estime à 30 %, les personnes qui auraient droit au tarif social mais qui n’en font pas la demande par manque d’informations.

Les conséquences en cas de difficultés de paiement des factures ont été abordées. La situation est différente en Wallonie et à Bruxelles. Des expériences avec les compteurs à carte (en Wallonie) et les limiteurs de puissance (à Bruxelles) ont alimenté la réflexion.