Tous ensemble pour un monde meilleur sans racisme et sans exclusion, comment faire ?

Lettre de l’Université populaire Quart Monde de mai 2014

Article posté le 4 juin 2014 Print Friendly

Tous ensemble pour un monde meilleur sans racisme et sans exclusion, comment faire ?

Extrait de la lettre de l’Université populaire Quart Monde destinée aux participants de l’Université populaire pour préparer la rencontre au sein des groupes locaux.

L’Université populaire Quart Monde est un lieu de construction de pensée et de parole, à la fois individuelles et collectives. Les personnes vivant dans la grande pauvreté y prennent la parole sur des thèmes de société. Cet endroit rassemble des personnes de tous milieux et permet de croiser les expériences de chacun pour changer notre regard sur les personnes en situation de pauvreté.

Si vous voulez en savoir plus ou si vous souhaitez rejoindre un groupe de préparation, vous pouvez contacter l’équipe d’animation par téléphone : 02/650.08.73 ou par e-mail : Elsa Dauchet

Présentation du thème

Ce mois-ci, nous nous retrouvons pour une Université populaire Quart Monde, à Natoye, dans le centre des demandeurs d’asile de la Croix Rouge. Nous voulons continuer à réfléchir à comment bâtir un monde où tout le monde a sa place et où nous ne nous faisons pas concurrence pour le travail, pour le logement. Nous voulons chercher des propositions pour avancer vers cela, à partir de nos combats, de nos différences et de nos forces, pour réussir ensemble.

Le mois de mai est aussi le mois des élections fédérales, régionales et européennes. Qu’est-ce que proposent les partis politiques concernant les immigrés ? Dans quelles propositions nous nous retrouvons ?

Points forts

Nous nous sommes vus pour notre dernière Université populaire Quart Monde au centre des demandeurs d’asile à Natoye. Le groupe des jeunes y avait préparé un théâtre-forum présentant une situation d’exclusion d’une personne noire dans un bus. La participation a été très active et on a trouvé beaucoup de propositions pour améliorer la situation.

Chaque groupe a ensuite présenté le résultat de son travail : comparer les propositions des partis politiques sur le thème de l’immigration et voir si et en quoi elles pouvaient contribuer à mieux vivre ensemble. Qu’est-ce qui est si important pour améliorer le mieux vivre ensemble ? Pour qu’il y ait de la place pour tout le monde ?

Afin d’éviter des incompréhensions, la cellule des alliés insistait sur l’importance d’expliquer de manière plus systématique pourquoi une personne dans telle situation peut avoir ce logement (ou une autre aide). Molenbeek a souligné l’importance que les personnes étrangères qui arrivent sur le territoire Belge puissent faire un parcours de citoyenneté. Les cellules de Charleroi, Sambreville ont insisté pour dire que l’école était un point de départ important pour le vivre ensemble et que tous les enfants qu’ils soient riches, pauvres, Belges, étrangers aient la même chance .. A Saint-Gilles, ils proposaient que les pays réfléchissent ensemble pour que les gens n’aient pas à quitter leur pays, qu’ils puissent bien y vivre car on ne part pas par plaisir.

Enfin, certains ont pu visiter le centre et avoir la chance de parler avec des demandeurs d’asile, de découvrir la réalité dans laquelle ils vivent.

Comme l’a dit une personne en s’adressant aux demandeurs d’asile : " Vous n’êtes pas seuls, nous connaissons aussi ce que ça fait d’être sans logement ... "