Inutiles au monde ?

Article de ’Partenaire’ n° 72, mars-avril 2011

Article posté le 26 avril 2011 Print Friendly

Inutiles au monde ?

Difficile de résumer en quelques lignes ce document très dense : «  Extrême pauvreté et gouvernance mondiale  [1] » Après une série de constats, un état des lieux est dressé. Viennent ensuite une série de propositions visant à lutter plus efficacement contre la misère pour à terme l’éradiquer. La participation des plus pauvres est primordiale, un des objectifs majeurs d’une gouvernance mondiale rénovée.

Il reste du chemin à parcourir comme le montre cet extrait :
« Il semble donc qu’à toutes les époques et sur tous les continents, la peur du désordre, de l’insécurité, des épidémies et de la criminalité se cristallise sur les populations les plus éloignées des normes établies. Ces populations sont disqualifiées, diabolisées, dévalorisées au point d’être désignées comme inutiles au monde. La science ou la religion peuvent être appelées à la rescousse pour rationaliser le discours, lui donner un caractère irréfutable. Par l’infériorité radicale qui leur est conférée, les victimes ne sont plus considérées comme des êtres humains à part entière, mais comme des sous-hommes, des déchets de l’humanité qui n’ont plus aucun droit (pages 12&13). »

Ce document, que tout altermondialiste et bien d’autres liront avec grand intérêt, ajoute des éléments nouveaux au débat.

Les auteurs sont persuadés qu’une lutte contre la misère avec la participation active des premiers concernés, les plus pauvres, est une condition indispensable du succès.

Pierre HENDRICK.

[1« Extrême pauvreté et gouvernance mondiale » de Xavier Godinot avec la collaboration de Thierry Viard, disponible gratuitement (sauf frais de port si envoi) au siège d’ATD Quart Monde Bruxelles. Elle peut également être téléchargée sur www.world-governance.org/spip.php ?article585 ou sur le site d’ATD Quart Monde en Belgique : http://www.atd-quartmonde.be/Extreme-pauvrete-et-gouvernance.html