Grande pauvreté et vie familiale.

Thématique d’action 2.
« Tout ce que nous faisons, c’est pour que nos enfants ne souffrent pas ce que nous avons souffert, pour qu’ils aient une meilleure vie que nous » affirment continuellement les personnes très pauvres qui s’engagent dans ATD Quart Monde. Pourtant, partout, la misère casse les familles.
Article posté le 29 mai 2007 Print Friendly

in « Album de famille » ATD Quart Monde

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand on parle du lien entre vie de famille et grande pauvreté, deux éléments – déjà mis en évidence dans le Rapport Général sur la Pauvreté – sont essentiels. La famille est, pour les très pauvres, le dernier lieu de résistance à la misère. C’est au sein de la famille que subsistent les derniers liens de solidarité, quand la misère est grande et le tissu social désagrégé. C’est aussi la motivation ultime pour laquelle les personnes très pauvres veulent se battre : que leurs enfants puissent connaître des conditions de vie meilleures que les leurs. Le second élément est que la grande pauvreté fragilise les liens familiaux et tend à séparer les enfants de leurs parents. Par exemple, le placement d’enfants est une réalité beaucoup plus fréquente en milieu pauvre que dans n’importe quel autre milieu. Pourtant fonder une famille et élever ses enfants sont des droits fondamentaux reconnus, notamment dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

La famille est un domaine pour lequel les très pauvres consentent énormément d’efforts qui, très souvent, ne sont pas pris en considération par les autres. Les personnes très pauvres doivent pouvoir s’exprimer sur ce qu’elles vivent et sur ce qu’elles pensent de la vie de famille. Il est notamment nécessaire qu’elles puissent réfléchir sur les soutiens dont elles ont besoin pour pouvoir vivre dignement en famille.

Objectifs

Mieux cerner la réalité de la vie familiale en milieu très pauvre :
- comprendre les obstacles rencontrés par les très pauvres pour exercer le droit de vivre en famille ;
- comprendre les aspirations et les forces qui existent dans les familles très pauvres.

Permettre aux personnes vivant dans la pauvreté
- de réfléchir à leur réalité familiale, d’exprimer leur point de vue et leurs besoins spécifiques à ce niveau ;
- de les partager avec d’autres ;
- de les discuter avec les professionnels et les institutions liées à la famille (aide à la jeunesse, protection de l’enfant, promotion familiale, enseignement…)

Comment agir ? Outils d’action

- Université Populaire Quart Monde
- Mise en œuvre de dialogues
- Groupe thématique
- Formations et co-formations