Faire de nos fêtes des temps d’amitié, de foi en l’être humain, de mise en valeur de la "part de cristal" qui est en chacun de nous

Message des fêtes

Le message des fêtes d’ATD Quart Monde évoque des temps forts de rencontre et d’engagement avec des familles parmi les plus pauvres.
Il a pour but de permettre à ceux qui le veulent et le peuvent d’apporter leur soutien financier, indispensable à la poursuite de l’action du Mouvement.
Il cherche aussi à encourager chacun à développer un esprit de fraternité contre la misère à travers le dialogue.
Article posté le 7 décembre 2009 Print Friendly

Faire de nos fêtes des temps d’amitié, de foi en l’être humain, de mise en valeur de la

Chers Amis,

« Comme il est bon de pouvoir retravailler à plein temps, et de percevoir un vrai salaire.
Comme il est bon de n’être plus provisoirement dans la pauvreté et d’exercer un métier plaisant.
Comme il est bon de pouvoir donner, ou plutôt partager, un peu de ses revenus aux autres. ... »

Ces mots spontanés de Ghislaine ouvrent la lettre qu’elle m’adresse. Lettre rare. Derrière ces mots alignés, il est facile de deviner les années de "galère" vécues par elle. Elle ne les cache pas, elle nous les offre comme un hymne aux " artistes d’en bas ", selon son expression.

« Je viens d’un milieu très pauvre, surtout du côté de maman.
Mon grand-père était marin pêcheur et avait juste son certificat d’études.
Il partait en mer pendant des semaines.
Ma grand-mère savait tout juste lire et écrire, elle était orpheline.

À Noël, alors que mon père ne recevait qu’une orange,
ma mère, elle, recevait de la magie.
Ainsi, une année, mon grand-père lui avait sculpté dans du bois et avec son couteau
du mobilier pour poupées
et ma grand-mère avait confectionné des poupées et des matelas pour les petits lits.
Mon grand-père réalisait des merveilles dans du bois, avec des coquillages.
De plus il savait, sans rien avoir appris, fabriquer dans des bouteilles
des bateaux à voiles miniatures.
L’arbre de Noël était tout couvert de ces jouets. Mon grand-père aimait les siens.
Et le jour de Noël, ma maman découvrait toute cette magie.

Tout ça pour vous dire que les pauvres sont parfois de vrais artistes.

La femme, ma grand-mère,
l’homme, mon grand-père, et l’enfant (celle qui deviendra ma mère) sont doués.
Aujourd’hui, Maman peint des tableaux et de mon côté je réalise des marionnettes
et différents objets.

Nous n’avons presque rien appris pour cela, nous sommes des autodidactes
tout comme mes grands-parents. Pour moi, les pauvres sont des artistes d’en bas,
alors que d’autres, plus riches, apprennent par divers moyens, dans toutes sortes de domaines.

Je crois que tout être humain possède des trésors et des talents mais
nous vivons dans une société assez dure, même s’il y a des progrès.
Notre société est tournée sur le culte de la performance où les plus fragiles peuvent être mis de côté malgré "leur part de cristal".
Aujourd’hui, je m’arrête souvent auprès des plus pauvres mais je me sens bien humble.
Je crois en la valeur humaine de chacun grâce à tout ce que j’ai appris d’une pauvreté qui fait partie de mes origines. »

Ainsi, Ghislaine nous dit en toute simplicité comment, à travers ses parents
et les amis rencontrés dans le Mouvement, elle s’est découverte femme capable
d’être actrice de son avenir, même plus, actrice du refus de la misère.

« Vous êtes de ces rares personnes qui avez compris l’essentiel : nous sommes pauvres, bien sûr, mais pas coupables, seulement victimes de la vie. »

Et elle ajoute :
« La pauvreté s’acharne souvent et pendant des années elle ne vous lâche pas.
Mais il est possible d’en sortir même si c’est, peut-être, provisoirement.
Votre amitié, votre chaleur, votre foi en l’être humain sont pour nous un bien précieux. »

***

Ghislaine est consciente que sa vie est encore bien fragile. Mais elle sait que rien n’est impossible.
Elle a hérité d’un savoir-faire, d’un savoir-vivre, d’un savoir aimer
qui vont au-delà d’une vie aux perspectives qui semblaient bien limitées.

Elle a " hérité ". Oui, si démunie soit-elle, toute personne peut transmettre un héritage aux siens. Celui reçu par Ghislaine est fait d’amour, d’ingéniosité, de magie.
Ce sont ces trésors-là qui, au-delà de toutes les difficultés de la vie, permettent de tenir debout,
la tête haute et d’aimer.
Ainsi, les plus pauvres nous donnent leur vision de l’héritage.
Ils nous apprennent que les temps difficiles doivent toujours nous pousser
à mettre en avant ce que nos aînés nous transmettent de créativité, de tendresse
et de sens de l’autre.

***

Nous imaginons bien que les années à venir, celles de nos enfants, de nos petits-enfants
ne seront pas faciles à vivre, elles seront toutefois innovantes.
N’auront-ils pas entre leurs mains la tâche passionnante
d’être acteurs de la transformation du monde,
de s’ouvrir aux changements,
voire même à l’inattendu qui les attend ?

Si nos fêtes devenaient, comme le dit si bien Ghislaine,
« des temps d’amitié, de foi en l’être humain, de mise en valeur de la " part de cristal "
qui est en chacun de nous »,
alors quel beau démarrage dans la confiance et l’optimisme ce serait pour l’année nouvelle !

Joyeuses fêtes de partage.

Pour les volontaires
Gabrielle Erpicum

Faire un don ?