Enseignants et parents, partenaires pour la réussite scolaire : rêve ou projet ?

Article posté le 19 octobre 2016 Print Friendly

Enseignants et parents, partenaires pour la réussite scolaire : rêve ou projet ?

En août dernier avait lieu la 45ème édition des Rencontres Pédagogiques d’été (RPé) organisées par le mouvement sociopédagogique ChanGements pour l’égalité (CGé), à La Marlagne, près de Namur. Plusieurs membres du mouvement ATD Quart-Monde ont participé à cet événement. En effet, l’un des multiples ateliers proposés durant ces rencontres a rassemblé cinq parents ayant l’expérience de la grande pauvreté et militant au sein d’ATD Quart Monde, des professionnels de l’école (du fondamental au supérieur, en passant par le secondaire) ainsi que des représentants du monde associatif ayant pour but le refus de l’exclusion.

Pendant trois jours, nous nous sommes réunis entre acteurs de différents horizons autour de la question suivante : « Enseignants et parents, partenaires pour la réussite scolaire : rêve ou projet ? ». Pour tenter d’y répondre, nous avons travaillé selon la démarche du croisement des savoirs, méthode qui considère qu’une réflexion sur un sujet touchant à la pauvreté ne peut se faire qu’en partenariat avec les personnes ayant l’expérience de la grande pauvreté.

JPEG - 1021.4 ko
Construction collective militants - picture by Sébastien Gotti

Dès le début de cette co-formation, le groupe se met à égalité : tout le monde dépose ses bics, crayons, feuilles, personne ne prend note ! Nous entrons alors dans le vif du sujet en travaillant sur nos représentations par groupe de pairs : les parents avec les parents, les professionnels de l’école avec les professionnels, etc. En effet, pour construire ensemble, il est important de se découvrir et de comprendre ce que chacun met derrière les mots « réussite scolaire », « partenaires »… Assez vite, on se rend compte qu’on a des perceptions différentes, que ce n’est pas si évident que cela de se comprendre. Derrière un mot peuvent se cacher plusieurs significations, différentes interprétations… Les professionnels utilisent souvent des mots « compliqués », qui font référence à un concept plus abstrait ou à un certain vécu. Alors que le vécu, c’est principalement ce sur quoi s’appuient les militants pour présenter leur mot. Toutes ces différences permettent à chacun de prendre conscience du chemin à parcourir pour arriver à se comprendre vraiment. Ainsi, ces différences, à la base nécessaires si l’on veut effectivement passer du rêve au projet, deviennent également une richesse.

JPEG - 1.3 Mo
Confrontation d’analyses - picture by Sébastien Gotti

Ce travail en groupe de pairs a continué le deuxième jour autour d’analyses des récits produits par les participants eux-mêmes. De ces récits ont surgi plusieurs questions, faisant alors entrer cette rencontre au cœur du « partenariat » tant recherché par celles et ceux qui étaient présents pour que se dessine un meilleur avenir pour leurs élèves et/ou leurs enfants.

Toutefois, toujours en suivant la démarche du croisement des savoirs, ce n’est que le troisième jour que les groupes se sont mélangés pour travailler en groupes mixtes, composés alors de professionnels de l’école, de parents issus du monde de la grande pauvreté et de représentants du monde associatif. Ce matin-là, nous avons travaillé en nous basant sur la technique du théâtre-forum, qui consiste en la présentation de courtes scènes illustrant une situation d’injustice par rapport auxquelles les spect’acteurs sont invités à réagir, non pas par l’explication, mais par l’action, ce en prenant place sur scène au milieu des comédiens. Et l’après-midi, nous avons construit différentes productions dans le but de les présenter le soir-même au reste des participants des RPé.

JPEG - 1.3 Mo
Création théâtre-forum en groupes mixtes - picture by Sébastien Gotti

Quatre ateliers ont été alors créés en quelques heures et présentés pour mettre en avant ce que les participants ont retenu et veulent faire passer comme message… Des messages forts qui ont été vécus durant ces trois jours et qui pour certains se transforment en un cri de guerre, un chant de victoire : « Pour la réussite de tous les enfants, pas un seul enfant mais tous les enfants ! » « Absolument ! ».

JPEG - 873.9 ko
Présentation publique - picture by Sébastien Gotti

Espérons que cet atelier puisse être un vrai tremplin vers une relation constructive entre professionnels de l’école et parents issus de milieux défavorisés qui, en fin de compte, souhaitent tous la même chose : la réussite de tous les enfants !

16 photos