17 octobre 2013 : Délégués pour parler à l’ONU

Article posté le 21 octobre 2013 Print Friendly

17 octobre 2013 : Délégués pour parler à l’ONU

Ce 17 Octobre 2013, pour la journée mondiale du refus de la misère, 3 jeunes de Belgique sont partis à Genève. Ils faisaient partie d’une délégation de Djynamo (la dynamique jeunesse européenne d’ATD Quart Monde) pour intervenir à l’ONU à Genève.

Ils ont écrit un texte parlant de la discrimination que vivent certains jeunes européens qui connaissent une vie pas facile. Ce texte était nourri des différents apports travaillés en amont par des jeunes dans les différents pays.

Deux journées avant, toute la délégation s’est retrouvée pour travailler ensemble leur message, changer les phrases qui n’allaient pas dans le texte qui serait lu publiquement.


« Je n’arrivais pas à suivre toutes les discussions, quand il y a trop de bruit d’un coup je ne sais plus suivre. Mais je ne l’ai pas dit. Au début j’ai suivi un peu, mais après je ne suivais plus. J’essayais de reprendre le fil, d’être dans le groupe, j’ai senti que le groupe essayait d’être avec moi. À la fin de la journée j’ai trouvé que le texte était bien, pour moi il avait du sens. »
« Ce que j’ai retenu de ma rencontre avec les jeunes suisses c’est qu’une suisse m’a dit qu’elle avait très dur à trouver un patron pour sa formation, ça m’a fait penser à nous les belges »
« C’était une très longue journée, on est quand même arrivé à se mettre d’accord sur les phrases qu’on a changées, on a pris des bonnes idées de tout le monde. »
« On s’est rendu compte que les jeunes suisses vivent les mêmes choses que nous. J’ai l’impression même qu’ils ont plus de problèmes que nous. Ils ont plus dur à trouver une formation, un emploi, un logement. »
« Ce que je trouve bien chez les jeunes suissesdu groupe, ils savent déjà un peu ce qu’ils veulent faire de leur vie. Certains veulent déjà faire des stages avec ATD. »

Le jeudi matin les jeunes ont relu le texte, chacun avait quelque chose de précis à dire. Ensuite ils se sont rendu à l’ONU. Après le contrôle de sécurité, et un petit en-cas dans le salon de l’ONU, face au lac Léman et au Mont Blanc ils ont répété une dernière fois leur message comme s’ils y étaient.

« J’aime pas parler comme ça devant plein de personnes. J’étais stressé par ce que je ne savais plus ma phrase un moment donné. Au début je me suis trompé en disant ma phrase, puis c’est parti tout seul, et après je me suis senti bien. C’était bien, on a dit ce qu’on pensait. »


« On a commencé par écouter un message de Ban Ki Moon. Son message était un peu entre les deux, c’est un peu ce qu’on lit dans toutes les choses. Tout ce qui vient de la politique c’est tout le temps les mêmes choses, on voit que ce n’est que des belles paroles. »
« Quand on a fait la représentation c’était stressant, par ce que c’est pas toujours qu’on parle devant tant de monde, et certains sont haut placés. Parler devant des gens comme ça ça nous rend fier, malgré qu’on stressait quand même un peu. »

« Après la cérémonie on a invité les participants à venir voir l’exposition "action invisibles". On a eu un petit apéro. Les gens étaient plus sur l’apéro que sur l’expo. »

« Le soir c’était bien, on a fait un big body avec le feu. C’était bien par ce qu’on était tous ensemble. »

Cette rencontre a été rendue possible grâce au soutien du BIJ

Retrouvez cet article et bien d’autres sur le site Djynamo (site de la dynamique jeunesse d’ATD Quart Monde en Europe)

Photos : © ATD Quart Monde