Construire ensemble une école où chacun a sa place.

Lettre de l’Université populaire Quart Monde d’octobre 2013

Article posté le 14 octobre 2013 Print Friendly

Construire ensemble une école où chacun a sa place.

Présentation du thème

Ce mois-ci, nous n’avons pas eu d’université populaire quart-monde mais nous nous sommes retrouvés en cellule pour pouvoir commencer la réflexion sur le thème de l’école. Nous continuons en octobre avec une université populaire. Notre réflexion sera prise en compte lors de l’université populaire quart monde européenne du mois de mars 2014.

Pendant le mois d’octobre, novembre et décembre des membres du mouvement à travers l’Europe vont se réunir pour réfléchir sur les grands thèmes sur lesquels nous voudrions que l’Europe fasse changer les choses (l’école, le travail, la famille)

Pour introduire notre thème, nous vous invitons à lire un extrait du texte « propositions pour que l’Europe se construise en respectant ses valeurs. », texte écrit à plusieurs militants, volontaires, alliés, français et Belges et amis des institutions européennes et qui interpelle les acteurs de l’Europe par rapport à plusieurs préoccupations, notamment l’école. Cette introduction fait le bilan de l’état actuel de l’école.

Trop souvent, dans les familles qui vivent la pauvreté et l’exclusion sociale, les enfants n’apprennent pas à l’école ou très difficilement. Bien plus, l’école accentue les inégalités parce qu’elle ne part pas de leur expérience de vie, de leur environnement, elle donne des savoirs qui ne « parlent » pas aux enfants très pauvres. Le décrochage scolaire est particulièrement important parmi les jeunes de milieux défavorisés. La communication est difficile avec les parents qui, eux-même, n’ont pas été à l’école ou n’y ont pas beaucoup appris. Tout petits déjà, des enfants y subissent des discriminations qui ne sont pas seulement du fait d’enseignants mais aussi, d’autres enfants ou de parents. C’est une véritable angoisse pour des parents de voir que leurs enfants n’apprennent pas, ils sont très inquiets pour leur avenir et voient leurs enfants malheureux.”

Les réflexions faites en cellule pendant les rencontres de septembre reflètent de vues similaires sur la situation. Mais il y a peut-être aussi des idées qui ne se retrouvent pas dans cette introduction.

Points forts

Lors de notre université populaire quart-monde, nous nous sommes retrouvés très nombreux et avons eu la chance d’accueillir de nouvelles personnes.
Nous avions aussi comme invités, Sandrine Grosjean, du réseau Changement et Egalité, un réseau qui se bat pour qu’il n’y ait plus d’exclusion à l’école et Pierre Mairesse, Directeur à la Direction Général Education et Culture de la Commission européenne.

Dans la première partie, chaque groupe a retransmis sa réflexion de ces 2 derniers mois. On y a vu que l’école c’est important, que les enfants peuvent s’entendre entre eux, que pour avoir un dialogue entre les parents et les enseignants, il fallait parfois énormément de patience et que ça n’est pas toujours évident. On a aussi échangé sur toutes les difficultés qui empêchent les enfants de réussir à l’école. Nous avons aussi vu qu’il était parfois possible, après avoir été dans l’enseignement spécialisé de retourner dans l’enseignement commun. Monsieur Mairesse, nous a partagé l’exemple de la Finlande où il y a un seul système d’école où tout le monde va, avec de très bons résultats scolaires et très peu d’exclusion.

Nous avons été plusieurs à nous poser la question du diplôme, comment faire pour avoir un diplôme à la fin de nos études.