Citoyenneté et grande pauvreté.

Thématique d’action 1.
Les personnes vivant dans la grande pauvreté se trouvent dans un état de dénuement marqué par des précarités affectant divers domaines de l’existence. Elles vivent en plus une exclusion qui les empêche de fait d’exercer leurs responsabilités de citoyens et citoyennes.
Article posté le 29 mai 2007 Print Friendly

Journée de formation

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les personnes vivant dans la grande pauvreté ont souvent beaucoup de difficultés à formuler leur pensée, en partie parce qu’elles n’ont pas eu accès à l’éducation et parce que souvent « on ne leur demande pas leur avis ». Pourtant, elles ont une expérience unique et une pensée propre indispensables pour lutter contre l’exclusion et permettre à chacun l’accès aux droits fondamentaux.

La participation de tous est un enjeu aujourd’hui reconnu – du moins théoriquement. Par exemple, il est courant de parler, dans les différents services sociaux, de la « participation des usagers ». Mais quand il s’agit des plus pauvres, la participation est souvent inexistante ou très réduite ; ils sont au mieux invités à dire ce qu’ils vivent, mais sont exclus des réflexions, analyses et décisions qui se prennent.

L’enjeu de cette thématique consiste à mettre en œuvre les étapes permettant la participation active des personnes vivant dans la grande pauvreté à la vie de l’ensemble de la société pour que leurs expériences, les réflexions et les leçons qu’elles en tirent soient prises en compte par tous ; ceci devant conduire à une mise en question et une évolution de la société.

Un tel enjeu demande – d’abord et principalement – un investissement auprès des personnes qui vivent dans la grande pauvreté, mais il impose aussi un investissement tourné vers l’ensemble de la société. Ceci est nécessaire à la prise en compte de ce que peuvent apporter les plus pauvres.

Objectifs

Permettre aux personnes vivant dans la grande pauvreté :
- de réfléchir à ce qu’elles vivent dans l’environnement et le contexte qui sont les leurs ;
- de formuler leur expérience et leur pensée, notamment par des prises de parole et des écrits ;
- de les partager et de les confronter avec d’autres personnes ayant l’expérience de la pauvreté ou avec d’autres publics, lors de rencontres ;
- de participer à la réflexion, de prendre des responsabilités et d’être associés aux décisions qui les concernent, à tous les niveaux, notamment au sein de l’association.

Contribuer à la prise de conscience, par l’ensemble de la société :
- de ce que signifie l’exercice de la citoyenneté pour ceux qui vivent dans la grande pauvreté ;
- de ce que ceux-ci ont à apporter dans le développement de la société contemporaine.

Développer dans les différents secteurs de la société les capacités de dialoguer avec de personnes ayant l’expérience de la pauvreté.

Comment agir ? Outils d’action

- Université Populaire Quart Monde
- Mise en œuvre de dialogues
- 17 octobre, Journée Mondiale du Refus de la Misère
- Formations et co-formations